HOCHART Benjamin - H

Lithographie sur vélin de Rives, 2014, H. 65 x L. 50 cm
Éditeur : URDLA
N° 6/30
Collection : Département de l'Ardèche
Numéro d'inventaire : D-2019-18

J'ai trop de succès, je suis déjà empruntée ! Bientôt de retour...

Né en 1982, Benjamin Hochart est un artiste français, diplômé des Beaux-Arts de Lyon, puis de Paris. Il expérimente de multiples supports et processus (dessin, sculpture, installation, vidéo, performance, édition…) sur le modèle d’un grand collage. Son travail par série vise à multiplier les tentatives et possibilités de lectures, tout en épuisant les systèmes, dans un geste à la fois poétique et politique. Il revendique les influences des arts populaires et folkloriques, de l’art brut, la bande dessinée et la science-fiction, des pratiques textiles diverses et des arts premiers.

 

En 2014, Benjamin Hochart a réalisé une série de cinq lithographies, intitulée « T.H.I.N.G », en cinq couleurs à partir des cinq mêmes pierres. Selon sa logique d’épuisement des systèmes, pour chaque image, le dessin est le même, mais la couleur attribuée à chaque série de motifs varie.

Chaque lithographie correspond à une lettre du titre et est réalisée selon la méthode de dessin « dodécaphonique » – un certain nombre d’outils de dessin (crayons, feutres, encres, spray…) placés au préalable dans un ordre d’utilisation, chacun devant être utilisé une fois avant de pouvoir l’être à nouveau – et le processus lithographique (une pierre par couche de dessin et par couleur imprimée).

Chaque œuvre montre la superposition de cinq pierres lithographiques encrées chacune successivement en cinq couleurs puis imprimées, avec le même dessin subissant cinq traitements chromatiques : les mêmes lignes et les mêmes formes sont uniquement modifiées par la couleur, produisant cinq dessins à la fois similaires et tout à fait différents. De plus, chaque lithographie peut être accrochée dans les quatre sens.

« T.H.I.N.G » est aussi une tentative d’accumulation de formes graphiques et de superposition de références dont l’objectif serait de fabriquer une image que l’on pourrait qualifier à la fois de décorative et de monstrueuse.

BEHO-006