BELYAT GIUNTA Anya - Chambre du coeur de Voltaire 1

BELYAT GIUNTA Anya - Chambre du cœur de Voltaire 1

Estampe numérique, 2018, H. 30 x L. 45 cm
Editeur : Jean-Pierre Huguet éditeur

Estampe réalisée lors de l'exposition "Perfect Circle" présentée au GAC du 13 janvier au 25 février 2018.

Prix de vente : 180 €

Disponible

« Je tiens à la justesse du trait, car il est porteur des énergies spirituelles.
Ces énergies nous donnent des frissons et nous mènent ailleurs, en silence. »

Née en 1975 à Saint-Pétersbourg, Anya Belyat-Giunta quitte la Russie avec sa famille à la fin de l'ère soviétique pour l'Autriche, puis l'Italie et les États-Unis. Tout au long de cet exil, elle poursuit ses études d'art à Florence, Minneapolis et à Toulouse, avant de s'établir à Lyon. Anya Belyat-Giunta possède un imaginaire débridé duquel naissent des créatures fantasmagoriques. Sa démarche artistique évoque souvent des questions existentielles : la naissance, la vie et la mort. Elle réinvente sa propre mythologie en créant des personnages hybrides.

Anya Belyat-Giunta a participé à une exposition collective au château de Maisons-Laffitte (mars 2018), l'un des chefs-d'oeuvre de l'architecture civile du XVIIe siècle réalisé par François Mansart. En s'attardant sur la mémoire de cette demeure, Anya Belyat-Giunta y a découvert une histoire surprenante et mystérieuse. L'écrivain et philosophe Voltaire y a séjourné à plusieurs reprises. En 1723, il y tombe gravement malade. Il décrit être alité pendant une longue période dans sa chambre en attendant sa mort. Il dépeint son passage vers la guérison, les soins prodigués par le médecin M. de Gervaisi avec deux cents pintes de limonade ! Remis de son mal, Voltaire quitte le château, avant d'apprendre que la chambre qu'il occupait et où il a failli mourir a été dévastée par un incendie. En poursuivant ses recherches, Anya Belyat-Giunta est interpellée par deux gravures de la « chambre du coeur de Voltaire » au château de Ferney, gravées par Née et dessinées par Duché, éditées en 1781. En 1758, lorsque Voltaire, alors âgé de 65 ans, fait l'acquisition de la seigneurie de Ferney, il déclare avoir trouvé un « hameau misérable » où il construit la demeure de ses dernières années. « Voltaire meurt le 30 mai 1778 à quatre-vingt-quatre ans, dans l'hôtel de son ami le marquis de Villette. À la suite de l'autopsie du corps, le coeur extrait par ordre du marquis est placé dans un coffret en métal doré, rempli d'une préparation alcoolique et qui porte une inscription : Coeur de Voltaire, mort à Paris, le 30 mai 1778. Ce coeur est ensuite transporté au château de Ferney, où il reste exposé dans une chambre dite chambre du coeur de Voltaire jusqu'à la Révolution. Dans cette pièce est placé un mausolée pyramidal avec un petit autel détaché, et sur cet autel un coussin de velours sur lequel repose le coeur. Aux murs sont accrochés quarante et un portraits d'amis de Voltaire veillant sur son souvenir » (Nathalie Buisson, « Le coeur de Voltaire : un secret bien gardé », Actualités de la conservation [en ligne], n° 32, 2012.)
Anya Belyat-Giunta revisite les deux images originelles en y créant un espace onirique envahi de ses créatures étranges.

ANBG-001-V