JADIKAN - 128 secondes

JADIKAN - 128 secondes, novembre 2012

Photographie, Archival Pigment Prin, 2012, H. 80 x L. 120 cm
Collection : Ville d'Annnonay
Numéro d'inventaire : M2015.02
J'ai trop de succès, je suis déjà empruntée ! Bientôt de retour...

Guilhem Nicolas dit Jadikan est né en 1981. Après avoir travaillé comme économiste dans le monde la finance, il se consacre pleinement à la photographie en 2010. Il pratique le light painting : technique photographique qui consiste à dessiner dans le vide avec une ou plusieurs sources lumineuses (lampe de poche, spot, briquet, etc.) dans un environnement sombre, inscrivant ainsi des motifs dans l'espace en réglant l'appareil photo sur un temps d'exposition long grâce à une ouverture longue de l'obturateur. Plus proche de l'activisme du Street art que des recherches formelles sur l'art moderne, son travail est inséparable des espaces urbains qu'il investit (friches, entrepôts, catacombes, immeubles désaffectés). Chaque image est le résultat d'une chorégraphie lumineuse captée par un appareil photo numérique sur une unique prise de vue. Jadikan combine la mise en lumière d'une architecture et sa réécriture graphique.

Cette photographie* a été réalisée dans un ancien entrepôt de travaux publics (entreprise Botta) situé sur la commune de Saint-Laurent-du-Pont (38). Le lieu est déterminant, il dicte l'empreinte que Jadikan peut y laisser. À l'abandon, ce bureau est ressuscité le temps de la performance. L'artiste casse le rythme imposé par les lignes verticales et horizontales des cassiers en venant dessiner un subtil carré lumineux dans la diagonale et dans l'angle.

* Le titre de la photographie renvoie au délai entre l'ouverture et la fermeture de l'obturateur, ce qui correspond au temps de pose du cliché photographique.

Bibliographie :
Frédéric-Charles Baitinger, Jadikan. Lightning project, no 28, Grenoble, Critères éditions, coll. « Opus Délits », 2012.
JADI-001