VILLEGLÉ Jacques - À l'Immortalité

VILLEGLÉ Jacques - À l'Immortalité

Estampe, s. d., H. 50 x L. 70 cm
Editeur : Jean-Pierre Huguet éditeur
Collection : Département
Numéro d'inventaire : 2014.33
J'ai trop de succès, je suis déjà empruntée ! Bientôt de retour...

Jacques Villeglé est né en 1926 à Quimper. Il étudie l'architecture à l'École des beaux-arts de Nantes, puis rejoint Raymond Hains à Paris, où va débuter la grande aventure des affiches décollées et lacérées. Passionné depuis toujours par la typographie, c'est en février 1969 qu'il entame la création d'un alphabet sociopolitique à partir duquel il réalise des sculptures parfois monumentales. « Une idée d'alphabet qui m'était venue dans le métro, station République, [...] lors de la venue à Paris de Richard Nixon [...]. Sur le mur d'un couloir j'avais lu les trois flèches de l'ancien parti socialiste, la croix de Lorraine gaullienne, la croix gammée nazie, la croix celtique [...]. Cet assemblage de sigles surchargeait le nom du président américain rendant visite au général de Gaulle. » Dix ans de création furent nécessaires pour cet alphabet qui développe des signes politiques, religieux, idéologiques, monétaires, zodiacaux, maçonniques, pacifistes, militants, contestataires, guerriers, etc. x qui sont ajoutés ou substitués à chaque lettre (hormis le J). Ces signes sont puisés dans la culture populaire et varient constamment en parallèle à l'évolution du monde, de la société. L'alphabet sociopolitique marque l'inconscient collectif.

Cette estampe présente une profusion de symboles religieux, politiques et économiques qui se juxtaposent : le A anarchiste, l'étoile de David, le dollar et l'euro, le yin et yang, la croix gammée, les symboles masculin et féminin, la faucille et le marteau, la radioactivité, etc. Tous ces signes sont ici utilisés pour détourner l'une des plus anciennes institutions de France : l'Académie française. Elle fut créée par le cardinal de Richelieu en 1635 qui lui donna la devise « À l'immortalité ». Villeglé a entouré cette devise par un rameau d'olivier (autre symbole de l'Académie). Jacques Villeglé désacralise celle qui a le rôle de veiller sur la langue française en utilisant son propre alphabet sociopolitique et donnant ainsi une leçon d'histoire graphique.

Bibliographie
Jacques Villeglé, Revue Lisières, no 28, août 2015.
Carine Roma-Clément, Jacques Villeglé, sculptures, Saint-Julien Molin-Molette, Jean-Pierre Huguet éditeur, 2012.
Sophie Duplaix (sous la dir. de), Jacques Villeglé. La comédie humaine, cat. exp. Paris, Éditions du Centre Pompidou, 2008.
JAVI-019