VILLON Jacques - Portrait de Camille Renault

VILLON Jacques - Portrait de Camille Renault

Gravure sur cuivre, s. d., H. 48 x L. 34 cm
E. A.
Collection : GAC
Numéro d'inventaire : GD.2016.22
Don de M. Michel Sottet.

J'ai trop de succès, je suis déjà empruntée ! Bientôt de retour...

Jacques Duchamp dit Jacques Villon est un artiste né en 1875 et décédé en 1963. Il est initié très jeune à l'art grâce à son père, Émile Nicolle (peintre et graveur) et réalise à 16 ans ses premières estampes technique qu'il pratiquera tout au long _de son existence. Dès 1894, il se détourne de la faculté de droit pour l'école des Beaux-Arts de Rouen. En 1895, le voici à Paris, où il fréquente l'atelier du peintre Fernand Cormon où plane encore le souvenir de Gauguin, Van Gogh, Toulouse-Lautrec. C'est à cette époque qu'il choisit le pseudonyme de Jacques Villon, en référence au roman d'Alphonse Daudet Jack et par admiration pour le poète médiéval François Villon. Il entreprend alors une carrière d'illustrateur de journaux satiriques : L'Assiette au beurre, Le Rire, Le Chat Noir. Il s'installe en 1906 rue Lemaître à Puteaux avec son frère Raymond Duchamp-Villon et Frantisek Kupka. Cet atelier deviendra un point de rencontre d'une partie de l'avant-garde parisienne avec entre autres Marcel Duchamp (son frère), Francis Picabia, Fernand Léger, Robert Delaunay. Ils formeront le « groupe de Puteaux » ou « section d'or ». En 1918, après la Première Guerre mondiale où il fut mobilisé, il se remet à la peinture et plus encore à la gravure. Il se consacre alors à l'abstraction : ses toiles sont monochromes, peu colorées et les volumes sont suggérés par la superposition des plans. En 1913, il participe à l'Armory Show à New York où son frère Marcel Duchamp causa un scandale célèbre en présentant son Nu descendant l'escalier. La reconnaissance de l'oeuvre de Villon intervient à la fin des années 1940, alors qu'il a déjà à son actif plus de 800 oeuvres _et près de 500 gravures : « ce qui est difficile en peinture, ce sont les 70 premières années » avoue-t-il. Esprit indépendant, son style doit beaucoup au cubisme, Villon s'y appliquant dans une manière très personnelle, qui compose la fascination pour la mécanique, le mouvement et les théories de la peinture avec les émotions de la nature.

Cette estampe est un portrait du restaurateur et collectionneur de Puteaux, Camille Renault. Ce personnage physiquement imposant était le généreux amphitryon de l'artiste et de ses amis qu'il rencontre au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Fort de son expérience abstraite et riche de la méthode qu'il a progressivement élaborée, Jacques Villon s'essaye au portrait. « Le portrait m'intéresse et m'a toujours intéressé. Il ne faut pas s'obliger à s'accaparer la personne. Un portrait doit se faire tout seul(1). »

(1) Dora Vallier, Jacques Villon, oeuvres de 1897 à 1957, Paris, Cahiers d'Art, 1957.

Bibliographie :
Germain Viatte, Jacques Villon, Angers, éd. Expressions contemporaines, 2011.

JVIL-001