ADAGE Émilien – Oasis I

Estampe numérique rehaussée au jus d'argile, 2018, H. 50 x L. 65 cm
N° 1/25 exemplaires
Éditeur : Jean-Pierre Huguet éditeur
Exemplaire non numéroté
Collection : GAC
Numéro d'inventaire : G-2018-03

Œuvre réalisée lors de l'exposition "Terres chaudes" d'Émilien Adage au GAC du 10 novembre au 16 décembre 2018

Disponible

Né en 1985, Émilien Adage est un artiste plasticien diplômé de l’École supérieure d’art d’Annecy. Son travail apparaît au sein d’expositions personnelles et collectives dans différentes institutions culturelles (la Villa Arson de Nice, le Centre d’Art Bastille de Grenoble, la Galerie Tator à Lyon, Mains d’Œuvres à Saint-Ouen, le Centre d’Art de Flaine, etc.). Il collabore régulièrement avec d’autres artistes et commissaires initiant leurs propres structures (Société Véranda, Pierrick  Bernard, Solarium Tournant ou Picketup). Il enseigne actuellement la sculpture à la Coursive de l’École supérieure d’art et design de Saint-Étienne. Parallèlement à son travail de plasticien, Émilien Adage a ouvert un atelier, « Chezelmut », à Annonay où il lie le design à la fabrication de mobilier.

 

Cette estampe fait pleinement partie de l’exposition « Terres chaudes » qui tourne autour du terme « oasis1 ». Durant les trois semaines qui ont précédé le vernissage, Émilien Adage a reconstitué un atelier dans le lieu de l’exposition pour créer sur place, avec l’idée que le lieu porte en lui les germes d’une œuvre possible. Le GAC devient un espace fertile d’où naissent différentes pièces, sculptures. L’artiste laisse une place importante à l’expérimentation, au principe de sérendipité (découverte heureuse d’une chose totalement inattendue, alors qu’on cherchait autre chose). Émilien Adage a recréé un espace, une sorte de refuge, dans le GAC.

L’estampe, présentée dans l’une des salles, reproduit une photographie exécutée par le grand-père de l’artiste. De ce panorama de montagne surgissent des blocs géométriques en béton – rehaussés par l'artiste au jus d'argile –, laissant supposer que le paysage est né de ces éléments engendrés par l’homme, créant ainsi une sorte d’oasis « inversée ». Cette image sert de pivot et nous prépare à une nouvelle expérience une fois dans l’espace de la serre (pièce principale de l’exposition) : l’oasis. Cette pièce est la projection du cliché photographique dans un espace restreint.

L’estampe est une mise en abyme de la pièce principale de l’exposition.

 

1. Oasis [Ɔazis] n. f. (mot gr., de l’égyptien). 1. Petite région fertile grâce à la présence de l'eau, dans un désert. 2. Fig. Lieu, situation qui procure du calme ; refuge. Une oasis de silence.

EMAD-001